Ces cités [je demande à voir !]

Publié le par Filaplomb

Interphones.JPG

Photo Filaplomb.


Un quartier que la police guette sans cesse, c'est un ghetto. On dit aussi «quartiers sensibles». Peut-être pour souligner l'indifférence des autres.


A Toulouse, hier soir, tout était calme d'après la police. On a brulé une école d'après les manifestants. De manière très violente qui mérite d'être mentionnée : à l'aide d'une voiture bélier.


Il y a une génération complète, disons les 12-17 ans qui est complètement sortie de la société. Les ascenseurs* sont restés trop longtemps en panne pour leurs grands frères.


C'est une forme de désespoir extrème que de s'en prendre aux symboles républicains. Un peu comme un enfant frappe à son tour, l'objet qui l'a blessé l'instant d'avant. Ils ont simplement, par pragmatisme devant le taux de chômage des jeunes des cités, arrêté de croire à la fiction qu'est pour eux notre modèle de société [ce n'est plus une société modèle].


[là-bas, même les escaliers sont en cage].


C'est justement sur le dossier des banlieues que Nicolas Sarkozy va être très très embêté. On voit bien, malgré les douceureuses paroles d'une jolie Rachida Dati que les «quartiers» ne sont pas devenus de soudain grands fans du très énervé ministre de l'intérieur du gouvernement sortant.


Il a trois manières d'aborder le sujet.


Il peut choisir le bras de fer en renforçant sans cesse les effectifs de police, en créant un corps spécialisé dans ce domaine avec des moyens inédits. Mais on sait qu'à ce jeu, la colère, pour l'instant maintenue en ces lieux, risque de contaminer l'ensemble de la société.


Il peut opter pour une solution centriste du juste milieu qui ne change rien. D'ici cinq ans, en régulant de temps en temps la pression policière, il nous trouvera des statistiques avantageuses. La ripolinisation de la réalité, peu à peu.


[Si vous êtes convaincu qu'il suivra cette voie, je vous rappelle que le néo-Président a été élu en allant chercher les électeurs du Front National. A ne rien faire, ceux-ci risquent de retourner là où ils avaient l'habitude de faire leurs besoins].



Ou alors, il repère et éloigne les quelques cassés de la société dont la colère sert à allumer la mèche, il réinvente la police locale, les îlotiers, les matchs de foot entre jeunes et gardiens de la paix et, patiemment, il refabrique de la confiance.


En clair, il applique le Pacte Présidentiel de Ségolène Royal. C'est peut-être pour cela qu'il recrute des ministres de gauche.


Mais si c'est pour avoir le meilleur de la gauche, le mieux c'est encore de voter à gauche aux législatives qui arrivent, non ?

 

 

*La blague à laquelle vous avez échappé :

Au lieu de réparer l'acenseur social,

Nicolas Sarkozy réinvente la censure

Commenter cet article

Le Président de Tous les Français 19/05/2007 23:34

Mes chers compatriotes,Comme vous, je veux revaloriser nos banlieues qui ont trop été laissées de côté. Déjà, comme Ministre de l'intérieur, je leur ai offert une couverture médiatique sans précédent ! Mais je veux faire plus, avec l'aide de Madame Boutin dont vous connaissez le coeur. Vous avez pu voir que comme François Bayrou, j'entends constituer la meilleure équipe de France, avec des hommes de gauche et du centre. Et bien mes chers compatriotes, cet esprit d'ouverture peut se répandre dans toutes la sociétés ! Avec mes discriminations positives en effet, nous allons pouvoir mettre en valeur les jeunes arabes et noirs méritants, qui font des efforts pour la Nation et veulent s'enrichir et en faire profiter leurs proches ! Chaque jeune de banlieue aura ainsi un exemple à suivre et s'il ne s'en sort pas, il ne pourra s'en prendre qu'à lui même... Bref, les pauvres ne brûleront plus de voitures car ils auront appris à aimer la réussite, le succès, les riches : ma discrimination positive c'est une chance pour tous, même si c'est (très) peu de chance pour chacun !Vous le voyez mes chers compatriotes, un nouveau souffle caresse les cheveux de notre jeunesse.Votre dévoué,NS.

Cat 16/05/2007 23:01

En effet,Krazout skiait bien!:-))pour moi,il était un homme simple,il vivait dans la même cité, ses enfants étaient simples aussi,réservés,discrets,humbles...j'ai souvenir que ,lors de ce séjour à la montagne, une certaine presse titrait qu'il était parti avec une nana en croisiere(pas à Malt),ce qui l'amusait beaucoup...Sa fille et moi,étions aussi copines avec Sophie Coignard (même bahut),qui a écrit "l'Omerta française",entre autres,comme quoi la banlieue n'engendre pas plus de canaille qu'autre chose...La cité,c'est la mode,mais qui parle des taudis sordides cachés dans les petits villages de campagne?et de ce qui se cache derriere certains de ses murs?moins spectaculaire,certes, mais plus insidieux et aussi destructeur...silencieuse,la misère est mieux tolérée...Tiens,ça me donne une idée de sujet!

filaplomb 16/05/2007 22:35

Fanette : merci ! Très bon texte ! Poly-tics fait partie des blogs que je suis ! :-)Cat : Pour le "comprendre", tu as raison. Mais malheureusement, ce n'est plus à la mode, l'écoute…Cat : merci pour ce morceau de vraie vie.J'ai une tendresse particulière pour M. Krazucki à cause de son parcours. Il est allé dans un camp, s'en est sorti et s'est occupé toute sa ve de défendre les ouvriers…Ta blague avec le ski est drôle parce que Krazucki, en polonais (sa langue d'origine), ça se dit KRAZOUTSKI !!!Nicolas : C'est vrai pour Robert Hue mais les élus de la droite je ne suis pas sûr que ce soit le cas.Ou alors à l'école Sainte Geneviève des Bois à Neuilly ! :-)

Nicolas J 16/05/2007 22:00

C'est rigolo qu'on e, parle, Cat ! J'ai une collègue de boulot qui habite dans le patelin de Robert Hue. Ses filles (à ma collègue) sont en classe avec ses nièces (à Bob) ou ses petites nièces. Elle nous en parle souvent. Ca crée un rapport humain avec nos politiques : ces gars là existent réellement.

Cat 16/05/2007 19:16

Heum,heum,Nicolas....non,vraiment,heum,heum....on a même été "au ski " ensemble,avec papa Krazuki!