Le monde étrange [jour après jour !]

Publié le par Filaplomb

Quel monde étrange que ce monde où je vis
Pour vous, les autres, je n'en sais rien
Les horloges tournent
Mes bras s'ouvrent et se ferment
Je lance dans l'air froid un baiser rond

Les trains quittent les gares
On s'aime
On s'émulsionne
On vibre un peu dedans-dedans.

On perd les numéros.
Le silence nous recouvre de données.
J'allonge mon pas dans des couloirs,
Dans des rues vides et désertes,

Mes mains touchent les clés
S'amusent du froid qui ne dure pas.
Je subis des crues passagères
Les jambes sont tenaces, plusieurs heures durant.

Le soleil se couche le long du fleuve.
Les pierres rougeoient et d'autres jours viendront,
où je serais le même.


J'avoue pour être honnête qu'il s'agit
d'un brouillon de 2001 (environ)
retrouvé dans un de mes cahiers.

Commenter cet article

filaplomb 25/06/2007 15:56

Fiso : tu passes du sextoy à la douceur du baser rond ! Tu es très complète ! :-))

Fiso 25/06/2007 15:53

J'adore la douceur du baiser "rond" ... Qui tourne comme les aiguilles des horloges ?

filaplomb 25/06/2007 12:25

Florence : OUI ! Je ne jette que très peu parce qu'un texte "décevant" sur le moment prend une autre dimension quand il est relu dans d'autres conditions ! Comme ici par exemple…:-)

Florence 24/06/2007 22:54

Pas mal du tout ! :-)j'espère que tu as gardé tous tes cahiers !

Fiso 23/06/2007 18:29

On s'émulsionne, on vibre un peu dedans-dedans ?Un sextoy ?