Quelque chose du monde

Publié le par Filaplomb


Figues [photo empruntée à Franck Doyen]




Les ifs, les tilleuls, les troènes
Les commerciaux, les citroëns
Les pourcentages, la salaison
Les mâts, les drisses, les clapotis
Le raisin, les cerises, le clafoutis
Les figues fraîches, les frondaisons

Les matinées et les départs
Les brumes qui s'étiolent
Un regard bleu s'affole
Les trains sortant des gares
Les couleurs de septembre
Ton corps qui se cambre

Les chaises longues, les parasols
Un enfant nu, des tournesols
Les éditos, les pleines pages
Les bancs, les bus, la varicelle
Le goût salé de ton aisselle
La quadrichromie des carnages

La terrasse, nos chaises, le logis
Le piano, le pas de danse
Les nouveautés de la tendance

Le dernier cri de la technologie
La vitesse, l'impromptu, le sourire
Les incendies à circonscrire


Le jus tiède des groseilles
La vigne, le jardin, la treille
La fraîcheur des cathédrales
Les hirondelles, les libellules
Des ailes d'ange, ta clavicule
Mes océans, ton littoral

Un café sur le port assis
L'itinéraire, le raccourci
La solitude parmi le nombre
La liberté des véhicules
Brillent dans l'air nos particules
Les noisetiers, les prunes sombres

Un brin d'herbe
Une mouche
Quelque verbe
Qui me touche

Les morts, les vivants, les fantômes
Mes bras, ta peau, le moindre des atomes
La coqueluche, le livarot, les breloques
Les étiquettes, la phonétique, les fanatiques
Le meccano, les architectes, la génétique
Le tout en toc des amerloques

Le retour, la routine, la grisaille
Les clés rendues en fin de bail
Les horaires, les aurores, le réveil
La besogne, le boulot, le travail
La vie qu'on vit pour que ça aille
Ta clavicule qui m'émerveille…


Note de l'auteur : cette catégorie de «textes à vendre» est pour moi une volonté d'aller vers la chanson. Si quelque musicien se sentait inspirer d'adjoindre une musique à cette rythmique verbale, j'en serais très honoré [formulaire de contact en bas de page].

Publié dans Texte à vendre

Commenter cet article

Isabelle 25/08/2007 21:44

inventaireUne pierredeux racinestrois ruinesquatre fossoyeursun jardindes fleursun raton laveur...extrait du recueil de poème "Paroles" de Jacques Prévert

filaplomb 24/08/2007 09:20

Lutine : c'est bien de feeling dont je parlais ! La vitesse avec laquelle tu appréhendes les mots, c'est ton rythme intérieur ! André Manoukian, il a arrêté de faire des pulls ? :-))Ellie : bon, il faut que je versifie bientôt alors !Un truc à la Victor !!! :-))Fiso : oui, voilà, tu as compris ! (enfin si tant est qu'il faille comprendre !). En ecrivant, c'était une volonté de variation en tout cas.Il y a le sentiment amoureux qui perdure quelque soit l'environnement ! :-))Anange : si tu retrouves le poème de Prévert, je suis preneur ! :-)Cécile : bienvenue par ici et à bientôt ! Merci pour le lien ! :-)

Cécile 23/08/2007 23:38

Moi j'aime bien toutes ces suites de mots qui riment superbement !De la musique j'en connais qui en font… http://www.zimegroup.com/Blog sympa, je reviens !

anange 21/08/2007 15:24

Musicalement ce la ne m'évoque rien. Par contre, cela me rappelle un poème de prévert dont j'ai oublié le titre... Superbe !

Fiso 21/08/2007 11:00

C'est magnifique !A l'inverse de Lutine, je vois un rythme musical irrégulier qui ralentit ou s'accélère, avec gestuelle appropriée. Un peu dans la veine de cette chanson de Nina Simone que j'aime tant, "Wild is the wind" où sa voix si particulière reproduit le vent, d'abord souffle doux, puis tempête.J'imagine des gestes gourmands sur les fruits et le jus de groseille, un pas de danse sur le piano. La photo des figues éclatées par le soleil, miam, j'ai envie de mordre dedans à pleine bouche !