La momie [ça s'en va et ça revient !]

Publié le par Filaplomb


A gauche, une momie et à droite la réincarnation de Nerfertiri [Rachel Weisz, plutôt jolie…].



Ce soir, j'ai regardé «le Retour de la Momie». Déjà, je précise que je ne savais même qu'elle était partie. C'est vous dire mon niveau, côté cinéma.


Ce truc était donc proposé par TF1 la chaîne la plus proche de zéro.

Je ne vous ferais pas le résumé du scénario, c'est pire que comprendre les théories quantiques [alors que l'affaire Clearstream est si simple !]. Même avec les images sous les yeux, c'est limite pas clair.

Sachez juste qu'il y a un couple avec un enfant de huit ans et qu'ils sont passionnés d'archéologie. Du coup, ils passent leurs loisirs à fouiller des pyramides en Egypte comme tout un chacun.

Remarquez, je dis leurs loisirs, mais à aucun moment, on ne les voit travailler. Dès le début du film, juste après qu'ils aient explosé un temple égyptien d'époque [oui, un truc avec l'eau du Nil qui devait passer par là mais je saute les scènes mineures, ça durerait des plombes] et qu'il rentrent chez eux, elle veut déjà repartir et de nouveau en Egypte [Je me demande si elle n'est pas atteinte de Sarkozyte aigüe ou d'une maladie genre la bougeotte].

C'est pas comme le type de la pub pour le camembert Président et qui lui, dès l'instant où il rentre de voyage et entrouve la porte de l'appartement, ne pense qu'à une seule chose :

_J'ai  une de ces envies de camembert, moi ! Pas toi, Catherine ? [et plus loin, il l'appelle chérie soulignant ainsi leur relation longue durée. De toute façon, ce n'est pas avec une partenaire de passage qu'un mec partagerait son calendos].

D'ailleurs, pendant que nous en sommes sur le sujet, le gamin, leur fils, il ne va jamais à l'école non plus. Mais il n'est pas con du tout. Imaginez qu'à huit ans, il lit et parle couramment l'égyptien ancien.

Ce qui tombe bien vu que dans le scénario, il y a justement l'intervention d'un môme de huit ans qui papote le hiéroglyphe aisément.

Cela dit, si on accepte l'idée que sa mère est la réincarnation de Nefertiri, ce serait étrange qu'elle n'ait pas enseigné la langue à son rejeton. Pour le coup, on la prendrait pour une mauvaise mère, on appellerait les services sociaux et le film serait tombé à l'eau.

Cela aurait été dommage. Parce que, plus loin, il y a aussi le retour d'Imhotep et qu'il n'est, apparemment, pas content du tout.

Bon, lui, je savais qu'il était parti par contre, je ne suis pas totalement ignare, non plus. Par contre, je n'avais pas une idée très clair du personnage avant qu'il ne réapparaisse.

Au début, quand on le découvre, on ne peut pas dire qu'il ait vraiment retrouvé figure humaine, si vous voyez ce que je veux dire. Il a une tête, on croirait un mix entre Freddie et Robocop au sortir de la fonderie. Et une colère que je qualifierais de plus qu'intacte.

C'est sûr que passer trois mille ans enterré dans le sable du Sahara, cela peut contrarier quelque peu.

Par contre et malgré son état de putréfaction avancée, dès qu'il retrouve Anck-Su-Namoun sa bien-aimée, elle aussi réincarnée, il lui roule un de ces patins.

Déjà qu'après une nuit de sommeil, on a une haleine de caribou carié et qu'on se contente d'un petit bisou sympathique [surtout si on est en couple et qu'on a terminé ensemble et lâchement le camembert la veille au soir].

Bref, après, il y a des poursuites, du feu partout, des armées avec de milliers de spectres, un ballon dirigeable supersonique, une pyramide dorée et ce sont les gentils qui gagnent.

Et, cette fois-ci, je crois bien que la momie ne reviendra pas de si tôt…


Le coup de la réincarnation,
ça permet des trucs pas mal du tout
pour le spectacle. Par exemple, ici,
on a droit à deux combat de filles.
Deux jolies brunes [ça tombe très bien !] qui s'affrontent
du temps des pharaons et, bien sûr,
se recastagnent aux temps présent.

Pour voir la bande annonce

Commenter cet article

filaplomb 27/08/2007 11:29

Graziella : j'ai regardé le début de la fièvre du samedi soir diffusée un dimanche, quelle anarchie sur Arte !). C'était émouvant de voir ce jeune svelte et gracieux qu'était Travolta à l'époque !Pour sociologique, tu as raison. Si je me souviens bien, c'est même un des sujets de fond du film…:-)

graziella 27/08/2007 11:03

Tu me donne des regrets d'avoir regardé "la fièvre du samedi soir" qui en soi est un chef d'oeuvre sociologique (il en faut pas avoir peur des mots) et une oeuvre d'art de danse contemporaine.Il faut voir Travolta se déhancher sur la piste avec sa coupe de cheveux de playmobil pour comprendre qu'avoir eu 10 ans en 78 c'etait un drame !

filaplomb 27/08/2007 08:54

Isabelle : bah de toute façon, elle est repartie la momie ! :-)))[Bien que Giao ait l'air de dire qu'on n'en a pas fini avec elle ! :-) : Deux Kilo d'Âmes ?

Isabelle 27/08/2007 08:48

je n'avais pas vu le film (et n'avais aucune intention de le voir ! )ta version me va tout à fait !gain de temps et d'argent

filaplomb 27/08/2007 08:40

Ellie : je suis allé voir CulturOPoing. Je n'ai pas trouvé d'entrée du genre "proposer un article" ou "devenir redacteur". Tant pis pour eux !Un peu fermé sur eux-même ce site…:-)