Le journal [cent fois sur le métier…].

Publié le par Filaplomb

SebMoulesBraderie.JPG
Le tas de moules dégustées, c'est un classique ! [Ici en 2006 - Photo Sebastien Merkel]



Journaliste, ce n'est pas un métier à la gomme. N'importe qui ne peut pas s'y lancer comme ça, il ne faut pas croire. Il faut faire des études et ensuite pouvoir trouver une rédaction qui vous embauche.

[C'est pour ça que les porteurs de la carte de presse sont souvent pédants avec le bas-peuple].

Et après, tu as le droit d'exercer la profession. Par exemple, début septembre, il y a les sujets incontournables : la braderie de Lille et la rentrée des classes.

Oui, parce que si les journalistes n'étaient pas là, qui en parlerait ? Qui pour nous prévenir que :
«la capitale du Nord recevra quelques 2 millions de visiteurs venus flaner sur les trottoirs envahis d'antiquités de toute sorte. Sans parler de la dégustation des traditionnelles moule-frites sans lequelles la braderie ne serait pas la braderie».

Je n'ai même pas besoin de chercher un lien à vous coller là-dessus, tous les ans ils refont le même commentaire et les même images sans intérêt des mêmes tas de moules sans en manger une seule.

[Même si ce n'est pas le même journaliste vu que l'autre a déjà terminé son contrat].

Je pense même que personne n'a jamais vraiment compté ni les bradeux ni les badauds lillois mais que tout le monde reprend les chiffres au copier-coller.

Qui d'autre, pour nous avertir que les enfants qu'on a trainés adorés tout l'été, doivent désormais retourner à l'école ?

Sans oublier que dans les semaines précédentes, ils nous ont présenté la rentrée des classes de ces endroits étranges où la scolarité se passe sur quatre jours. Exactement comme l'année dernière et les ans d'avant.

Il y avait pourtant, en cette année 2007, quelques infos à apporter pour faire grincer la routine sur ses gonds : plus de 11.000 suppression d'emplois à l'Education Nationale.

[Ne jouons pas sur les mots, je vous prie. Un poste qui n'est plus occupé est un poste supprimé. Point barre].

Entre deux reportages sur les réussites et la perfection du Néo-Président, un peu de faits divers pour maintenir la peur, voici la lénification des esprits par abus de poncifs. Des reportages automatiques, comme détâchés du réel, déconnectés désormais du monde où nous vivons.

Vous verrez, ils nous feront bientôt les reportages sur l'arrivée du froid et l'effet de surprise sur les SdF. Peut-être même qu'on aura droit à un truc d'archives sur les enfants de Don Quichotte…

[Suivant les conseil de Maître Franssoit, je n'ai pas cité une seule fois Nicolas Sarkozy !]

Commenter cet article

Lilas ZEN 05/09/2007 21:29

Tout cela me révolte au plus haut point. La manipulation médiatique, mettre sur l'avant-scène le divertissement pour ne pas parler des sujets qui fachent ou présenter un événement sous un certain jour, ça m'énerve. Moi, ce qui m'inquiète, ce n'est pas la crise des médias, mais plutôt la crise de foie à la vue de tous ces reportages indigestes à l'heure du repas !!! Comment les gens supportent-ils de manger en contemplant les guerres, les morts, les famines, les lépreux et j'en passe ...  Mais, il est vrai que tout cela est pas mal édulcoré si nécessaire. Perso, je préfère éviter l'ulcère à l'estomac en suivant les infos sur des chaînes spécialisées qui font du 24/24 h.

filaplomb 05/09/2007 15:03

Dorham : an-tzou-ti-euh ! :-)Ca a un sens cette phrase de chinois ?La femme de Pernaut comparée à Paris Hilton, je me demande si ce nest pas diffamatoire ! :-)))'C'est vrai, les employés d'asie pourraient penser à ne pas seulement réclamer des salaires mais aussi à bien faire leur boulot ! :-)

Dorham 05/09/2007 10:54

Ah, j'ai jamais vu ou lu de reportages sur la braderie de Lille.
Je savais même pas que ça existait (oh, l'autre !).

Par contre, je m'en suis tapé plein sur le festival de Dunkerque, des ITW même pas fines de Sharon Stone au festival de connes, des défilés de masques ultra-kitschs à Venise (et pourtant, je suis d'origine vénitienne - ne peut-on pas cesser de colporter ce mauvais goût à travers le temps); des reportages sur les bacheliers qui déjeunent avant la grande épreuve, sur les chomeurs qui abusent à moooooorrrrt !, sur la banquise qui fond et en effet, dans le même temps sur l'hiver que l'on trouve trop rigoureux dès que sonne le mois de décembre, sur les nouveaux jouets de noël, tiens, et paradoxalement, au moins deux cent cinquante sur ces saletés de jouets chinois au plomb, fait par des gens qui sont pourtant pas si mal payés (environ 100 euros par an, tout de même, et ils font mal le boulot en plus) et un, sur des contrefaçons Ferrero, ambassadeur en or (an-tzou-ti-euh !); pleine de vers tout dégueus...

Et rien sur la femme de Jean Pierre Pernaut qui, pourtant, à la cuisse aussi légère que Paris Hilton, dit-on !

Pfff...

filaplomb 05/09/2007 08:01

Fiso : tu es médisante, le pouvoir d'achat n'a pas baissé dit la voix officielle ! :-)Cat : attends pour te plaindre, il y a encore des suppressions de postes à venir ! Il parait que c'est pour valoriser la fonction publique. C'est un peu comme les chasseurs qui tuent les lièvres pour protéger la nature, quoi ! :-))Ellie : je pense que la TVA sur les enfants est une très bonne idée. Tu es prête à devenir membre de l'UMP !  :-))))Ecrivateur : j'ai de plus en plus de mal à regarder les infos, tu l'auras compris. De temps en temps, j'y reviens et à chaque fois je suis éberlué devant le vide sidéral des sujets ! :-)Pour le rugby, moi j'aime bien ! :-) : sept hectares ?

ecrivateur 05/09/2007 07:08

Autre exemple flagrant : tous les ans, les animaux attrapent une nouvelle maladie (faut croire que les médias ont des aprts sur le marché des bovins, ovins, caprins). Je ne regarde plus les infos qu'une fois par semaine... Je ne manque rien, c'est toujours la meme chose (guerre au moyen orient, superprésident, et bientot rugby, rugby, rugby...)