Le dentifrice [un tube trois fois par jour !]

Publié le par Filaplomb

Pour rappel, l'article du vendredi soir, c'est n'importe quoi !

dentifrice-brosse.JPG
[source]


Evidemment, c'est une fois que tu arrives aux trois quarts du tube, pendant que tu es là, un matin, en caleçon et torse nu face au miroir [les filles, on se calme], occupé à déposer une crotte de dentifrice sur la brosse à dents, que tu découvres la supercherie.


[Je me demande si la phrase précédente n'est pas un peu trop longue].

Il n'y a plus de rayures sortant du tube. Il s'en extrait à présent, une sorte de pâte blanchâtre, sans plus aucune trace des jolies bandes vertes sensées orner le produit.

Tu avais choisi le Tonigencyl™ de la maison Colgate™. La version «dents et gencives sensibles» parce qu'il soulage les dents sensibles et protège les gencives, tout en ne coûtant pas les yeux de la tête.

Côté marketing, c'est un peu plan-plan le coup du deux en un. Mais dans le secteur de l'hygiène bucco-dentaire, cela se pratique beaucoup.

Tu te souviens qu'à un moment, ils avaient inventé la solution avant brossage. Il s'agissait d'effectuer quelques bains de bouche à l'aide de ce liquide, juste avant l'usage de la brosse à dents. En quelque sorte, un truc pour être sûr d'avoir les dents bien propres avant de se les laver [Coluche revient !].

Ils t'en ont fourgué quelques bons millions de litres, avant de sortir LA nouveauté, créée tout exprès pour te faire gagner du temps : un dentifrice avec la solution déjà intégrée dans le tube. Il fallait y penser et ils l'ont fait.

Je sais que dit comme ça, cela parait idiot, mais ne te marres pas, c'est quand même toi qui les achètes les produits. Pas de quoi être fier, quand même.

Du coup, pour ton Tonigencyl, tu hésites [et c'est humain].

La demande de remboursement est évidemment impossible. L'incident a été calculé très précisèment en laboratoire par des scientifiques spécialisés dans le calcul de probabilité de panne, afin de survenir juste au delà de la limite à partir de laquelle réclamer un dédommagement, tiens plus du ridicule, voire de la maniaquerie, que d'une gestion saine d'un budget dépense.

Et si tu continues à l'utiliser, comment savoir s'il perdure dans l'efficacité ?

Quelle est la partie la plus importante dans ce dentifrice ? Est-ce la pâte blanche ou les rayures vertes ?
Est-ce que l'une peut fonctionner sans l'autre ?

Peut-être est-ce même la rencontre des deux, au moment exact du pressage du tube, qui enclenche une réaction chimique ou micro-bactérienne afin de délivrer le niveau maximum de sa puissance…

Mais tu vas continuer à en faire usage car tu as l'esprit scientifique. Et même s'il ne permet plus qu'un soin claudiquant, tu es curieux de voir si les rayures réapparaissent par la suite…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

filaplomb 13/09/2007 13:55

Balmeyer : ah mais je peux quand même vendre un rein si on me propose un vraiment bon prix ! :-)))

balmeyer 13/09/2007 09:38

(oui, on écrit "comme "et pas "come", comme dans "come on", désolé pour cette faute qui me pique les yeux)

balmeyer 13/09/2007 09:27

Pas de problème, je viens pour les tous les vendredi, même ceux du jeudi.C'est une jolie coïncidence : je pensais justement à quel point j'aimais bien filaplomb, son esprit bienveillant, bon enfant, impertinent, loin des machines à blog qui vendraient un rein pour du buzz.... Je me disais que, parmi ceux que je suis, je le trouvai... exemplaire, tout simplement. Et là, miracle, joie, je découvre un petit lien vers chez moi ! C'est bon, monsieur plomb, c'est come si avait échangé notre sang dans les bois autour du feu de camp en jouant de la guitare ! :-))

filaplomb 13/09/2007 09:15

Balmeyer : tu viens quand tu veux, même le vendredi soir ! :-))

balmeyer 12/09/2007 23:09

Zut, j'arrive après la bataille du vendredi, ou comment le terme "micro-bactérien" peut m'amener par hasard sur mon propre blog en passant par filaplomb... les voies du moteur sont impénétrable......on se rattrapera vendredi prochain. :)