Le rock [toujours contre !]

Publié le par Filaplomb


Pixelle, ma petite chatte ébouriffée, le 8 octobre 2007.



A l'époque, il fallait être soit l'un, soit l'autre. Soit Beatles, soit Rolling Stones. Bien que pour ma part, j'ai toujours préféré la musique et les textes de Roger Waters quand il écrivait pour Pink Floyd.


Ces histoires de mode, c'est toujours pareil. Il suffit qu'un mouton se mette en branle pour que tous les autres désirent tirer dans le même sens.

C'est sans doute, à mes yeux, l'un des pires aspects du capitalisme, ce dévoiement de notre volonté. Le film qu'il faut avoir vu, l'endroit où il faut absolument se rendre l'été prochain, le livre magistral de la rentrée littéraire [un blond versaillais au cheveu aussi blond que parfaitement cranté].

Le rubgy, en ce moment, comme autre exemple.

Dans les années 80, ils on essayé de nous refaire le coup : lancer deux produits en même temps pour créer de la concurrence et donc de l'émulation artificielle. C'est une méthode bien plus fréquente qu'on ne le croit. Souvenez-vous de Mickael Jackson [mais jeune et noir] opposé à Prince ou la confrontation d'une Madonna et d'une Cindy Lauper ?

[Edit à le relecture [nouveau concept !] : je pense qu'on a à présent Pink Floyd versus Roger Waters !].

A l'époque, il s'agissait de Oasis et de Blur. Evidemment, il n'y avait là ni Mick Jaegger, ni Paul Mac Cartney. Juste une vision marketing de la musique. Les frères Gallagher menaient leur groupe à leur manière. De toute façon, on sait que la musique et sans doute encore plus le rock, ne peut jamais se répéter tout à fait.

Par exemple, la BO du film "I am Sam"*, composée totalement de reprise des Beatles est passionnante. Il faut bien entendu connaître les originaux pour apprécier ce travail sur la forme, l'évolution de la structure. Comment une bonne mélodie peut supporter les torsions successives.

Aujourd'hui, alors qu'Oasis continue sa route de Rolling Stones du pauvre, Damon Albarn a depuis longtemps quitté la sienne. Il a assez vite abandonné Blur sur un parking pour explorer d'autres pistes artistiques. Il a ainsi fondé Gorillaz.

Il doit y avoir un soucis avec sa maison de disque au niveau des contrats parce qu'il n'apparait pas clairement sur scène. Juste en ombre chinoise. Ou alors, c'est qu'il n'aime pas se montrer. Quoiqu'il en soit, au lieu de refonder un groupe au sens classique du terme, il invente en même temps que la musique, toute la partie visuelle du projet.

Comme un artiste et non plus comme simple musicien, il utilise d'ores et déjà le multimédia dans sa création. Avant même son succès populaire, il pouvait disposer de toute la puissance que procure le DVD au service de ses recherches artistiques.

Et le succès du dernier album démontre qu'on peut faire du populaire sans trahir une certaine exigence quant à la qualité. Mais comme il n'aime vraiment pas être à la mode, Damon est déjà parti vers d'autres horizons


* Ça vaut le coup de revoir la bande annonce en lien en sachant que c'est le film préféré de Nicolas Sarkozy !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Filaplomb 12/10/2007 12:40

TotoLeHéros : ce n'est pas un peu plus ancien les Shadows ?Je n'ai pas l'impression que ca ait ete aussi populaire que Beatles, Rolling et Floyd, mais je peux me tromper !Bienvenu par ici, cela dit ! :-)))

totoleheros 12/10/2007 12:21

En plus, c'est pas vrai,yavait surtout les shadows.

Filaplomb 10/10/2007 21:11

Dorham : j'aime les artiste comme Albarn, qui parte dans tous les sens autour de leur art central !Finalement, c'est correct le nombre de commentaires ! J'ai rien dit ! :-))[Le dernier Gorillaz en DVD live est très bien !].Fanette : tu fais attachée de presse pour Nicolas aussi ? :-)))Lhuna : bon, le rock est assez rarement pour ! Ou alors, c'est que tu écoute autre chose, genre Obispo et consorts.Il me semble que le rock, qui tire ses racines du blues accompagne toujours les mouvements de révolte…Cat : je ne réponds rien sur la petite chatte ébouriffée, tu trouveras tout seul ma réponse ! :-)Tu as vraiment accroché avec l'Afrique toi !Une piste comme chanteur à textes africains : Zao.Homer : même réponse que pour Dorham ci-dessus. Cette démarche de ne jamais s'arrêter à ce qu'on sait faire mais d'explorer me plait beaucoup !Par contre Oasis, je trouve qu'ils font encore et toujours du Oasis ! :-)MadameDeKeravel : à force d'écrire sur Sarkozy, je le connais par cœeur le bestiau ! :-))Mais jamais je ne mettrais S*rd*u sur mon blog, jamais ! :-))) : Société des Mots de passe Français ! :-)

madamedekeravel 10/10/2007 08:43

Tu connais le film préféré du président de tous les français ... bien !Alors au lieu de faire bêtement une page sur les Beatles, t'aurais dû faire une page sur la vraie musique, la musique préférée du président de tous les français :http://www.sardou.com/page-des-fans/articles/pm281004-2.htm

Homer 10/10/2007 07:19

Je n'ai jamais trop compris l'illusion d'une opposition entre Blur et Oasis ; l'un fait de la pop, l'autre du rock! Perso, je suis "fan" des deux surtout le blur des années 90; et je suis d'assez pret l'évolution de Damon Albarn. Par contre je suis surpris qu'il fasse un opéra ! Ca prouve qu'il est un véritable artiste, car lui, n'est jamais tombé trop bas. Ca fait un bail qu'on le connait !