Les syndicats [oh ils ont les mains sales !]

Publié le par Filaplomb

350ème article sur ce blog



Pixelle-17.10.2007-.JPG
Pixelle, la petite chatte à la langue agitée…



Vous le savez, vous, pourquoi il y a grève demain ?


Pourtant, même la réunion au Medef, à l'issue de laquelle Denis Gautier-Sauvagnac fut laché par ses pairs, a eu droit à son compte-rendu télévisuel.

D'ailleurs, je ne sais pas si vous avez remarqué combien les médias se libèrent côté critique de l'ère Sarkozy.

Peut-être est-ce son titre de cocu officiel qui l'autorise, car voilà que les journalistes sont aujourd'hui pressés à dire du mal du locataire de l'Elysée. Et vas-y que je filme et que je diffuse le personnel de cet hôpital bordelais en colère face au Néo-Président en visite locale.

Ca doit être Alain Juppé qui porte la poisse en lui.

Depuis plus d'un an, nous avons vécu sous l'étouffoir, sous la main mise de Nicolas Sarkozy [par d'opportunes amitiés] sur les médias et soudain, nous avons droit à quelques incursions dans la réalité. Et c'est tellement violent que j'en viens à me demander si c'est tout à fait sincère. Si tout cela n'est pas un peu surjoué.

Un peu comme le Medef qui vient de retrouver la cassette qu'ils avaient planquée sous l'armoire. Pile poil à la veille du premier vrai conflit social du quinquennat. Et que disent-ils les patrons pour expliquer ces retraits en liquide et cette "réserve" de plusieurs dizaines de millions d'euros ?

Que c''est bien du vol, qu'ils sont d'accord, mais que c'est tout la faute aux syndicats. Même Yvon Gattaz le dit, c'est vous dire si c'est du sérieux attesté par les plus grands esprits du siècle.

Avec un peu de recul, on remarquera que ne s'expriment ici que des personnes directement liées au fauteur. Et que ces gens ont tous, un par un et à des degrés peu ou prou de même importance, un certain intérêt à allumer des contre-feux.

Au final, à la manière dont on nous présente les choses, demain, ce seront les syndicats bloqueurs de train et détourneur de l'argent du patronat qui défileront dans nos rues.

Z'avez pas intérêt à vous joindre à eux…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christine 18/10/2007 15:55

Phil, je ne voulais pas dire que j'ignorais le pourquoi de la grève. Je suis parfaitement au courant. Entre autres, par exemple, que c'est la première fois que, dans les revendications, il y a un petit quelque chose contre la loi d'autonomie des universités (qui est un scandale, mais qui ne vient pas juste de nous tomber dessus !)... Ce que je pointe, c'est l'inefficacité totale (face au gouvernement dur de dur qu'on a) d'une grévette d'un jour,  même suivie d'un simulacre de négociation, avec un gouvernement sourd et aveugle. Quant à organiser ma grève moi-même, je dois dire que j'ai été constamment sur le front au moment des grèves sur la retraite, et de celles sur le CPE, toutes deux sur le point d'aboutir, grâce à leur ampleur, et totalement sabordée au moment leplus crucial par les syndicats, faisant tout capoter et perdre le bénéfice de mois de mobilisation. Je n'ai pas oublié par exemple qu'un des grands amis intimes de Fillon est Bernard Thibaud... Je n'ai pas oublié non plus des AG épiques où les syndiqués, en très petit nombre, gueulaient comme des pous que la parole des non syndiqués était nulle et non avenue face à la leur, pour cause de non encartement... Je n'ai pas oublié, au moment des retraites, une manif monstrueuse à Marseille se terminant par un meeting inter syndical : la foule des lambdas comme moi demandait la grève totale, les syndicats nous ont traité de sauvages irresponsables... et on l'a eu dans le baba. Tu vas me dire, même si on s'était vraiment bougés, on en serait sans doute au même pointBref, toujours énervée, même quelques heures plus tard !!!

Marc Duboisé 18/10/2007 14:41

Mmmm ? Je dois parler en chat. En quelle langue ? ;-D

Filaplomb 18/10/2007 10:26

Ellie : je pensais aussi ! Si tu affines l'observation, tu peux voir que la part de "recherches google" a fortement augmenté dans les stats. Ce qui a diminué, ce sont les autres, les fidèles !En même temps, vu que je publie moins, c'est logique… :-))Ellie2 : tu as raison, je devrais au contraire remercier le Medef de tout cet argent détourné au profit des syndicats ! :-))Nicolas : bien sûr que c'est facile mais justement, pourquoi les médias ne le présentent pas ainsi ? Ils aiment se compliquer les méninges ? :-)))Homer : je reste convaincu que statistiquement, Sarkozy n'a pas été élu par le monde du travail. Même les patrons de PME que je connais était en faveur de Ségolène Royal. Au plus on avancera dans les mesures conservatrices, au plus le décalage se fera sentir entre les intérêts que défend le néo-président et le monde de l'entreprise… :-)[Tu veux dire que Marge n'a pas sa propre carte bleue ? :-))) ].Christine : Il y a grève parce que les syndicats, donc les salariés adhérents, veulent rappeler que leur statut pour la retraite est le fruit de la négociation (donnant-donnant) et que s'il faut le revoir, ce ne peut être que par la négociation ! :-))Pour la grève, il faut l'organiser toi-même alors ! Sans attendre les responsables syndicaux ! :-)))

christine 18/10/2007 07:25

En réalité, d'accord avec la teneur globale de ton article. Mais, sur ta première phrase, ben...  je ne sais pas vraiment pourquoi il y a grève aujourd'hui. Je ne vais d'ailleurs pas la faire (une presque première pour moi).  Depuis la rentrée - je suis prof - on devrait y être, et même depuis plus tôt que ça encore... et les syndicats, ont laissé passé un long mois et demi pour nous proposer une petite journée isolée de protestation, alors qu'on sait pertinemment qui on a en face, et qu'ils nous pètent tout, consciencieusemet  (l'EN et le reste...) ! Bonjour l'efficacité à venir ! Xcuse, mais je suis vénère...

Homer 18/10/2007 07:04

Moi j'ai palanqué 3 euros sous un pot, Marge les a trouvé et les a dépensé. Je pourrai pas faire partie d'un syndicat... Cela dit, au delà de la grève, il y a un ras le bol qui commence à se faire sentir par ceux qui sont affectés professionnellement par les réformes. Je souhaite tous les jours que ça reveille le reste des français, mais les médias obscurcissent leur raisonnement en s'axant sur des causes moindres du malaise sociale.