Les langues entre elles {le libre-echangisme !]

Publié le par Filaplomb



Résumé : la langue française et son enrichissement. [tu parles d'un résumé !]
Citation : «
Alors qu'en anglais, qui est une pauvre langage, ils disent ice ou ice-cream».

Si tu dis : «J'ai été au handbaule», déjà, tu fais deux fautes.
C'est comme ça, le français, c'est une langue précise.
Et aussi une langue de contexte.
Par exemple, le mot "chant", en fonction du contexte, tu comprends qu'il s'agit du "chant" issu de la musique plutôt que du "champs" de l'agriculteur.
Il y a Star Academy pour confondre.
Par exemple, les mots "fin" et "chatte" peuvent changer de sens.
Par exemple, le mot "glace", en fonction du contexte, tu comprends qu'il s'agit de glace comme glaçon ou bien de glace comme ce qui se mange.
Alors qu'en anglais, qui est une pauvre langage, ils disent ice ou ice-cream, en fonction.
Sans déconner en anglais, ils inventent un verbe et ils peuvent tout faire avec : get, get up, get in, get out, …
Tu parles qu'ils bossent plus que nous. C'est pas du travail, ça.
C'est comme ça qu'un roman américain de 150 pages, ça nous fait facile du 400 pages en la langue de feu Monsieur de Molière.
Autre exemple : le neutre.
Le truc assexué qu'on sait pas où le mettre.
Un peu comme un centriste, mais en pire.
Pour les anglais, ni les enfants ni les animaux domestiques n'ont de genre sexué.
Ça évite les confusions.
Ou alors, autre exemple, les changement de genre. Les mots féminins chez eux et masculins chez nous.
Ça donne des contresens inquiétants pour tous les étrangers :
X• Ces messieurs m'emmènent à LA Poste
X• Ces messieurs m'emmènent au Poste.

On revient toujours à la politique, faut croire.

Les anglais n'avaient pas de mots pour désigner ces espèces de couloirs qu'ils creusaient pour faire passer les chemins. Ils nous ont, de ce fait, emprunté notre jolie "tonnelle".
Et le petit vin blanc.
Et comme les anglais parlent français comme des vaches espagnoles, c'est devenu : "tunnel".
Quand les français se sont mis à creuser eux aussi les montagnes [un retard dû aux trente-cinq heures nous dit le Medef en direct du Palais], ils ont vu que les anglais appelaient ça "tunnel", ça sonnait bien, ils l'ont adopté.

A l'inverse, les français qui n'avaient pas d'imperméable, à l'époque, ont volé aux anglais leurs fameux "ridding-coat" si pratique pour se balader à cheval sous la pluie.
Ça brille en technicolor.
Et comme les français parlent l'anglais comme des ibères bovins, c'est devenu notre redingote nationale.

On en fait pas toute une affaire.

L'imigration du langage.

Le hasard, le zéro, le haschish
Le Djinn et le Djihad
Les Ulémas, les Docteurs,
Les échecs, …

La beauté infinie des palais de Grenade.
Quand nos cultures se cotoyaient
S'ensemençaient l'une l'autre
S'enrichissaient mutuellement.

Maintenant, c'est "musulmans" lui-même qui devient dangereux.
On va dire quoi alors ?

Tout est piégé dans le langage, à présent.

Si on parlait d'humanité.
Un petit peu…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

isa 26/12/2006 15:15

ah! ce langage qui relie les Hommeset parfois les sépareune vie n'y suffirait pas