Au minimum {aimer sans compter !]

Publié le par Filaplomb


Pour illustrer la danse, Daniel Muller a choisi
de photographier des légumes en équilibre.


Résumé : Il y a des jours, ce n'est pas possible de résumer. Disons l'amour, mais c'est vague.
Citation : «Celle sans qui le monde ne serait pas suffisant».


Où tu l'as rencontrée, toi, la femme de ta vie ?

Celle qui te fait frémir l'épiderme, dresser les folicules.
Celle sans qui le monde ne serait pas tout à fait suffisant.
C'était dans un bar, un bouge ou un soir en boîte ?
Ou bien dans la rue, vous vous êtes croisés et tu l'as su tout de suite.
Ou bien dans un fauteuil de cinéma, pour la qualité de son visage vu de profil dans la pénombre ?
Ou bien à l'entrée d'un Jardin Royal à Paris, sous un soleil de canicule ?
Celle qui sait quand tu as peur.
Celle qui partage tes pensées les plus intimes.
Celle qui va toujours un peu plus loin que tes fantasmes anciens.
Celle qui a le bon timing.
Celle qui en connait autant sur toi que toi-même.

C'est étrange qu'on cherche tous ce truc.
Cette chose fantasmatique.
Ce rêve d'un couple idéal.
On décide de la candidate et, si elle est elle-même sur cette longueur d'onde, nous voilà parti pour une belle histoire à faire pleurer dans les chaumières.
Le début, c'est toujours parfait.
On a mille anecdotes à se raconter.
On se découvre sous toutes les coutures.
Sur tous les plans.
On baise trois fois par jour, on s'embrasse toutes les trente secondes.
Au minimum.

Par exemple, le type il est black, journaliste et, malgré son physique d'acteur américain, célibataire.
Un soir une fille l'appelle, une étudiante en droit qui a découvert un truc important.
Ils font l'enquête ensemble, échappent à pleins de tueurs professionnels (mais qui visent super mal, par ailleurs) et finissent par faire triompher la vérité.
Bien sûr, à la fin du film, elle lui tombe dans les bras et comme elle a vingt cinq ans et la subtile beauté de Julia Roberts, il tombe lui aussi amoureux.
C'est un film [L'affaire pélican ce soir sur M6] et ça n'a donc rien de réaliste.
La vie est beaucoup moins généreuse que cela.
Par exemple, dans la vie réelle, une femme qui, au début du scénario, perd l'homme avec qui elle avait une relation amoureuse, de plus quand celui-ci explose sous ses yeux dans une voiture, cette femme, donc, ne tombe pas amoureuse d'un autre homme à la fin du script.
Une fille, la moindre contrariété, c'est deux ans à cogiter.
Au minimum.

Dans la vie réelle, il y a toujours des complications.
Un truc qui va pas.

Par exemple, vous flashez sur un garçon mais lui, non.
Et vous êtes alors tellement convaincue que c'est LUI, que ce n'est même plus une pensée mais un élément de vous-même en quelque sorte.
Au point d'en oublier que vous viviez avant.
De ne plus imaginer que vous vivrez après.
Vous voilà coincée dans un présent perpétuel.
Mais un présent sans cadeau.
Où ne se réalise aucune de vos espérances
Alors qu'il y a tellement de choses à faire
Toute seule pour être soi-même.
Au minimum.

Tellement d'amours différents.
Tellement de gens, de personnes, d'êtres humains.
Tellement de rencontres à faire.

Tu en as recontré combien des femmes de ta vie, toi ?

Je respecterai toutes les personnes,
leur autonomie et leur volonté,
sans aucune discrimination selon
leur état ou leurs convictions.
J'interviendrai pour les protéger
si elles sont affaiblies, vulnérables
ou menacées dans leur intégrité
ou leur dignité. […]
Je donnerai mes soins à l'indigent
et à quiconque me les demandera.
Serment d'Hypocrate (version moderne)

Commenter cet article

filaplomb 26/12/2006 16:31

Isa : l'amour et le temps qui passent sont deux choses différentes.Notre culture d'occidentaux essaient de faire coincider les deux mais il reste incertain que ce soit LA solution.Considérons toujours comme un essai temporaire notre manière de vivre…:-)

isa 26/12/2006 16:27

oui mais parfois ça arrivec'est comme une évidencemais même si "avec le temps va ..."tout changela relation changese transforme , évolue , se construitc'est autre chose de bien aussi

Blanche 21/11/2006 22:19

Ca y est, j'ai lâché prise, mais ça m'a fait mal. Mon petit coeur est encore plus blindé qu'avant.

filaplomb 21/11/2006 21:43

Blanche : merci de passer !Je sais, être amoureux(se) c'est très con, surtout vu de l'extérieurdu véhicule !:-)

Blanche 21/11/2006 14:54

Il y a un paragraphe qui me parle tu peux pas savoir !! Par exemple, vous flashez sur un garçon mais lui, non.Et vous êtes alors tellement convaincue que c'est LUI, que ce n'est même plus une pensée mais un élément de vous-même en quelque sorte.Au point d'en oublier que vous viviez avant.De ne plus imaginer que vous vivrez après.Vous voilà coincée dans un présent perpétuel.Mais un présent sans cadeau.Où ne se réalise aucune de vos espérancesAlors qu'il y a tellement de choses à faireToute seule pour être soi-même.Au minimum.
Pfff. Ca me fait mal.