Une histoire d'animaux (tu fabules !)

Publié le par Filaplomb


La dresseuse et son éléphant : Magnifique pièce de collection.
Réedition. Le cirque de CBG Mignot créé est réalisé entièrement
à la main par les ateliers CBG Mignot. En vente sur le site «Ateliers de France».



Résumé :
la modernité de Jean de La Fontaine.
Citation : «
Comme si d'occuper ou plus ou moins de place / Nous rendait […] plus ou moins important !»


Le Rat et l'éléphant


Se croire un personnage est fort commun en France.
On y fait l'homme d'importance,
Et l'on est souvent qu'un bourgeois :
C'est proprement le mal françois.
La sotte vanité nous est particulière.
Les Espagnols sont vains, mais d'une autre manière.
Leur orgueil me semble, en un mot,
Beaucoup plus fou mais pas si sot.
Donnons quelque image du nôtre,
Qui sans doute en vaut bien un autre.
Un rat des plus petits voyait un éléphant
Des plus gros, et raillait le marcher un peu lent
De la bête de haut parage
Qui marchait à gros équipage.
Sur l'animal à triple étage
Une sultane de renom,
Son chien, son chat et sa guenon,
Son perroquet, sa vieille, et toute sa maison,
S'en allait en pélerinage.
Le rat s'étonnait que les gens
Fussent touchés de voir cette pesante masse :
«Comme si d'occuper ou plus ou moins de place
Nous rendait, disait-il, plus ou moins important !
Mais qu'admirez-vous tant en lui, vous autres hommes ?
Serait-ce grand corps qui fait peur aux enfants ?
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes,
D'un grain moins que les éléphants.»
Il en aurait dit davantage;
Mais le chat, sortant de sa cage,
Lui fit voir, en moins d'un instant,
Qu'un rat n'est pas un éléphant.

Jean de La Fontaine - (1656-1746)


Il a raison Fabrice Luchini, La Fontaine, c'est hiiiiiiiiiiper-moderne. Je sais, il peut paraitre énervant comme ça. Mais il faut le voir sur scène pour comprendre. Quand il se lance dans Céline et son arrivée à New York, vous y êtes. Les bars, les bancs, la pauvreté, l'Amérique d'alors.
L'accueillante amérique créant son patchwork de cultures.
C'est très impressionnant de voir cet homme, tout seul sur scène, avec juste sa personne et sa formidable mémoire, emporter une salle entière comme ça. Non seulement, il rend physiquement apparents les lieux que décrit le texte de «voyage au bout de la nuit» et les états d'âme du Ferdinand perdu dans la Grosse Pomme, mais il en souligne aussi constamment l'écriture elle-même.
Luchini, c'est le parfum et le flacon.

[Céline, à propos des petits boulots alimentaires : En somme, tant qu'on est à la guerre, on dit que ce sera mieux dans la paix et puis on bouffe cet espoir-là comme si c'était du bonbon et puis c'est rien quand même que de la merde. On n'ose pas le dire d'abord pour dégoûter personne. On est gentil somme toute. Et puis un beau jour on finit quand même par casser le morceau devant tout le monde. On en a marre de se retourner dans la mouscaille. Mais tout le monde trouve du coup qu'on est mal élevé. Et c'est tout.]

Sur scène, l'interprête sort parfois du texte pour aller vers autre chose. Chanter du Nicoletta en choeurs avec l'ensemble du public, la salle ayant été allumée à sa demande. Rhâââ Mamie Blue… Ou encore enrichir son propos en surfant de Céline à de La Fontaine.
Je ne sais pas comment c'est cablé le cerveau de Luchini, mais sincèrement, c'est une pièce unique. Il est là pour jouer une cinquantaine de pages du «Voyage au bout de la nuit» ce qui, à apprendre par cœur doit être un exercice épuisant et pourtant, il s'en échappe.
Il joue les trublions, il amuse le public, il détend l'atmosphère et soudain, il revient exactement au passage qu'il avait laissé en suspens…

Revenons à De La Fontaine et à cette fable, on voit bien que ça parle d'autre chose, non ?
C'est un fieffé finaud le fabuliste.
On comprend bien qu'il ne parle pas que des bêtes.
C'est amusant de découvrir Sarkozy en rat se plaignant du succès actuel de la candidate du P.S. [mais on gardera l'image du pachyderme pour le parti lui-même et on offrira à Ségolène la figure de la Sultane cornaquant le grand ongulé].
Et qui serait alors, dans ce tableau imaginaire, le chat, sortant de sa cage ?
Un vieux félin expert en roublardises et grand maître des stratégies électorales ?

«Un rat des plus petits
Voyait
Un éléphant des plus gros
et raillait
le marcher un peu lent
De la bête
de haut parage»
La rythmique de cette écriture, c'est ça le secret.
Le jazz, le rock, le rap, le slam évidemment. Tout y est déjà !

Sur France 3, ils ont acheté la série «Angels in America».
Ça parle du Sida, ça a fait un carton aux U.S.A.
C'est bourré de vedettes comme Merryl Strip
[qui a un nom de médicament, tiens !] et Al Pacino.
Et quand ils décident de le mettre à l'antenne,
c'est en toute discrétion à 0h35,
sans même de bande annonce particulière.
Soit ils sont trop d'argent et il faut qu'on en parle.
Soit ils réservent les vrais soirées anti-sida
en prime time aux people en paillettes.



Je connais quelqu'un, à l'autre bout de la planète,
à qui ce disque plairait…
On peut le trouver ici, par exemple.



Changement de discours important chez Nicolas Sarkozy.
Vous le verrez ce soir sur France2 avec la très accomodante Arlette Chabot.
(et pourtant elle s'appelle Arlette, comme quoi…)
Il ne dit plus "La France" mais "les françaises, les français".
Il cherche maintenant à parler des gens…

Commenter cet article

isa 26/12/2006 15:38

à moi aussi il plairait ce disqueLuchini est un géant de la dictionj'aurais aimer le voir sur scène cet article est super

filaplomb 02/12/2006 19:53

une très à propose faute d'orthographe, eut été plus juste.Propos s'accorde en genre quand il est placé devant ! :-)Raiment n'existe pas ? C'est rai ?Tu as erifie ?eritablement, tu m'en ois surpris !:-)(4Z3, pourquoi pas ?)

franssoit 02/12/2006 18:13

"Bez' zo un 8 o kaozeal gant ur 0. Hag an 8 a c'houlenn digantañ :- N'az pefeket ankounac'het lakaat da c'houriz ?"En gros : c'est un 8 qui rencontre un 0 : -T'aurais pas oublié ta ceinture ?Cette histoire très drôle vous est offerte en langue bretonne par Ya !, journal très connu (enfin par moi depuis deux jours).Elle m'a d'autre part été aimablement suggérée par le commentaire précédent et son S8Q suivi d'une très à propos faute d'orthoqraphe, menant à l'invention d'un très joli mot, "raiment", assez proche de "culment" dans l'esprit. 9CL. On n'est passés pas loin de l'homéopathie, ce coup-ci.

nicolas 02/12/2006 09:31

Tu dois avoir une option de type "afficher les commentaires dans une nouvelle fenêtre" ou un truc pour lutter contre les spam ou "Afficher les commentaires dans une fenêtre pop-up ? " ou "Afficher la vérification des mots pour les commentaires "
C'est rigolo. Comme lettres j'ai S8Q. On peut faire des jeux de mots. Par contre j'ai un doute : 8 est-il raiment une lettre ?

filaplomb 01/12/2006 22:48

Franssoit : parce que Céline enlève la ponctuation et que le rythme, c'est à toi de le trouver.Mon conseil (je suis sérieux, là) : lis-le à voix haute, tu vas trouver la rythmique du truc.Mais sinon, tu peux aussi ne pas le lire !La question, c'est ton envie à toi ! :-)Très drôle pour le code (ici : L8L). je sais que c'est crétin et Nicolas (qui, lui, suit tous les épisodes !) a déjà soulevé le problème. Je ne trouve pas d'options où enlever ce truc… Désolé.Mais sur d'autres blogs, pour info, c'est pire. Jusqu'à 6 caractères à la noix pour valider, après la preview qui est OBLIGATOIRE !Je tape : L8L :-)