L'amour en rose (du réchauffé !)

Publié le par Filaplomb

(je recopie mon vieux blog tout mort, aujourd'hui, le 11 août 2006)




L'amour en rose




La lumière où elle s'étend
Empêche l'écoulement de l'astre
Comme la peau des prunes
Peut contenir ma soif

L'été qu'en son regard
Elle porte
Tandis que dans leur nid
Ses yeux
Parmi les pétales de cils
Me lancent des nacelles

Ce qui émane de sa féminité
M'enrôle,
Exacerbe ma tectonique
Et libère mes nuages

Je quitte à pas feutrés mes autoroutes
Je délaisse mon train-train
La rectitude des essieux
Pour des chemins de traverse
Où s'écartelle un arc-en-ciel
Unijambiste

Frémissement des landes escarpées
Sa peau s'incurve à mes baisers
Je m'étends bien au delà de mes limites
La mécanique du désir se met en branle
Petit ressorts de mes anguilles
Au temps infini de ses bras

Calligraphie de l'épiderme
Où se rejoignent nos désirs
Pulpe des doigts
Chacun, chacune
Tandis qu'aux chambres secrètes
Soudain s'éveillent la multitude
De nos petites bêtes
Pour le départ des transhumances.

Humaine beauté des déesses
Délice à la surface des miroirs
Où mon souffle dévoile
Le lent parcours des régates
Je la navigue,
Je l'extrapole
........................ La nudifie
Dans les reflux

Au rythme lent de ses marées
Je réinvente le ressac*
La mer saline qui se retire
Compose le chant du sable

Elle énumère un alphabet
Dans une autre langue que la mienne
J'apprends l'idiome des broussailles
A mon tour, je babille
Dans le plus simple appareil

Je murmure à son oreille
Le brouhaha du bout des plaines
Par où arrivent mes chevaux

Grand feu de nos cahiers
Incendie du langage
Tel qu'il fut
Abolition de la comptine
De toutes les comptines
Tant que le loup y sera
Permission de démolir
Les bâtiments qui nous connurent

J'invente l'architecture
Octogonale
Elle crée des nasses
Sensitives
Qu'elle tresse avec ses doigts
Surnuméraires

Ce qui émane de sa féminité
Qui me couronne d'acuité
Sur le pourtour des épines
Où je salive mon ouvrage

Elle me nomme dans la nuit
Oublieuse de son rang
Mon patronyme suscité
Elle le ponctue,
Le réitère a l'envi

Le tissu pourpre du plaisir
Où tout se fige
Eternellement
Suspend ses lèvres
Désunies.

Quelque chose au lointain
Mêlé aux brumes de chaleur
Se met en route
Du coin de l'oeil, on aperçoit
Parmi les feuilles et les ramures
L'âme d'un arbre en mouvement

Intime union des racines
La main aux doigts remplis de terre
Malaxe la lourde argile
Gorgée de vie
Plongée secrète de nos coeurs
Où rebondissent les échos
Gravés à même la pierre
Par les anciens energumènes

Ce qui émane de sa féminité
Est comme un dé lancé dans l'herbe
Et qui m'amène au mouvement
Involontaire de mes lucioles…

____________________________ ( ¨ )


*Variante : ”Je réinvente le ressac des filles“
Mais je ne suis pas très sûr de la valeur
phonétique de ce vers !!!





François Hollande a pris deux "L" et Ségolène Royal
n'a pas de "E". Décidèment, ce couple est atypique.

Mais j'ai quand même écrit un vrai article ci-dessous !

Commenter cet article

filaplomb 17/12/2006 21:10

Meric du compliment !(la beauté est dans l'oeil du lecteur. Un texte c'est comme de la musique, si personne ne l'écoute…).:-)

La girafe 17/12/2006 19:33

je viens de relire ton poeme...juste pour m'emporter dans un autre monde...marrant...du coup,j'ai l'impression d'avoir les ailes :-)

Cat 08/12/2006 19:22

attention au "syndrome de l'X fragile'"maladie génétique qui "cogne" bien,
rapportée aux joies d'une humanité métissée..métissage fragile?

filaplomb 07/12/2006 23:28

Cat : oh ! En fait, je n'y avais pas vraiment réfléchi !Joie d'une Humanité Métisée (X en horticulture indique un croisement) c'est pas mal !:-)

Cat 07/12/2006 18:35

"JHX :Jeune Homme classé X
           Jolie Humaine inconnue
            Jèrome Hector Xavier
            Je Hais la Xénophobie
Puisque ça n'a rien à voir..