Nicolas Sarkozy et la gauche bien-bien !

Publié le par Filaplomb

Résumé : allons-y pour une attaque anti-Sarkozy
Citation : «
Des bains de mer pour tous, parce nous aussi, nous le valont bien».

Il ne faut pas s'en prendre à Nicolas Sarkozy pour avoir cité Jaurès.

C'est l'histoire de France et il est très cohérent, vous allez voir.

[Rappelons tout de même à notre public le moins pubère, que Jean Jaurès, tout à fait convaincu par la lutte des classes exposée par Karl Marx (un type barbu à la Fidel Castro), ne croyait pas à la révolution prolétarienne. Ce qui le met tout de même bien près des socialistes].

Le credo de Sarko, c'est quoi ?
Allons, depuis que les médias vous le serinent en boucle, vous devriez le savoir : TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS.
Or, les deux gauchistes choisis par Nicolas Sarkozy pour rassembler les électeurs qui seraient suffisamment pétés du casque pour voter pour lui, sont deux personnalité d'avant les congés payés.

Oui, même Léon Blum puisque c'est une fois qu'il a été élu que le peuple des travailleurs a décidé de pratiquer un arrêt total du travail avec ce slogan : Des bains de mer pour tous, parce nous aussi, nous le valont bien.
La semaine de quarante heures et les congés payés, ce n'était même pas au programme du Front Populaire [Accords de Matignon - 7 juin 1936].

Ce qu'il veut dire, Nicolas Sarkozy, c'est que pour lui, la gauche qui est bien-bien, la bonne gauche comme il l'aime, c'est celle d'avant l'invention des vacances.
Et que si on supprimait toutes ces pauses inopinées pendant les semaines d'activité, les salariés pourraient travailler plus [les congés ne seraient bien sûr supprimés que sur la bse du volontariat librement consenti lors d'un entretien en tête à tête entre la Direction et le salarié].
Et quoi, ce sont quand même les Ministres issus du même parti UMP qui nous ont sucré un jour férié, vous vous en souvenez ?


Sur le volet fiscal, c'est encore pire.
On a dans ce pays une situation ubuesque : des types se sont enrichis grâce aux lois successives de défiscalisation sur l'immobilier, ont ruiné des milliers de familles qui ont vu la part de leur revenu (dans les classes populaires, le mot «revenu» est devenu invariable) consacrée au loyer, littéralement exploser. Et maintenant que tout cet argent est accumulé au point de dépasser le seuil au-delà duquel la Loi, votée par nos députés décide qu'il y a lieu de pratiquer la ponction solidaire sur la fortune (ISF, c'est comme SDF, l'acronyme finit par masquer le sens exact), ils viennent pleurer leur mère sous prétexte que ça fait beaucoup en pourcentage.

Sur les
huit millions et demi d'Euros de droits d'auteur que Johnny a ramassés en 2006 [ce qui exclut donc le revenu de ses publicités pour Optique-d'il-y-a-sept-ans], après ses soixantes pour cent d'impôts, il lui reste encore trois millions quatre cent mille euros disponibles.
Peut-être que cela fait beaucoup d'impôts, je ne me rends pas compte, mais ça laisse largement de quoi vivre à l'aise.

Ce que je vois, surtout, c'est qu'il s'agit d'un chantage organisé par les personnes les plus riches du pays et qu'un Ministre de l'Intérieur qui accepte de céder à des maîtres-chanteurs ne mérite pas de devenir Président de la République.

Et puis quoi, quand le bouclier fiscal sera descendu à cinquante pour cent mais que ces fats décideront que c'est encore trop, que fera-t-on ?
On le refera encore plus petit le bouclier ?
C'est un peu indécent tout cela. Une république où c'est la taille du coffre-fort qui vous donne plus ou moins d'importance aux yeux des élus.
Du temps de Jaurès, il me semble qu'il était plus souvent question d'honneur de la Patrie que d'exils fiscaux.

Nicolas Sarkozy veut donc accèder à leur demande et permettre à tous ces déjà-riches de le devenir encore plus, sur le dos de Notre République.
C'est la deuxième partie de son programme : gagner plus.
Parce que, peut-être, on peut espérer que si nos Bons Maîtres reviennent de chez nos voisins (à la fois limitrophes et trop accueillants), ils auront la grande bonté d'âme de recruter du petit personnel : des bonnes, des majordomes, des promeneurs de petits-chiens, des laveurs de pare-brise, des blanchisseuses, des serveurs et serveuses, des regonfleurs de vélos d'enfants, …
Et ils utiliseront pour les rémunérer, les chèques emploi-services afin de profiter encore mieux de notre système (ce blog est très cohérent, je le signale).

Nicolas Sarkozy ne ment pas du tout. S'il arrive un jour à la Présidence, tout devient possible : les gens pourront travailler plus et gagner plus. Seulement, ce ne seront pas les mêmes.

Un bon travail d'analyse du discours de Sarkozy : ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

filaplomb 28/01/2007 09:15

Céleste : merci ! Mais surtout merci à toi pour tes textes !Pour mes commentateurs et commentatrices adultes, c'est là :http://www.fabionik.com/yoni:-)

filaplomb 28/01/2007 09:03

Olive : en ce qui concerne "les autres" (belle appellation méprisante, en fait !), je t'invite fortement à quitter le bruit médiatique et à lire quel est leur programme.D'autre part, taxer la richesse et la repartir, c'est un des but de la democratie me semble-t-il : Assurer a chacun les moyens d'exister.:-)

OLIVE 28/01/2007 00:52

oui dans l'analyse de ses propositions il est cohérent*
que proposent les autres? taxer la richesse, et alors les riches sont toujours plus riches!
et toi?
*je  n adhere pas a sarkozy de hongrie

céleste 27/01/2007 20:59

très belle démonstration, juste comme j'aime, merci!merci aussi pour tes coms chez moi

filaplomb 27/01/2007 10:57

J'essaie les commentaires sans fautes aujourd'hui !Nicolas : si, si, c'est bien la république de tous, donc de nous-mêmes…Eric : oui, c'est évident. Sur le temps de la campagne, il faut développer le fond pour casser un peu la fausse image développée par le rouleau compresseur des masses médias.GWQ : dès le matin ?