Les publicitaires (le dessous des mots !)

Publié le par Filaplomb

Le métier de publicitaire consiste à sentir l'opinion.
Comme le chien sent la vulve de n'importe quelle chienne : juste pour savoir quand la prendre.

Ils sont là pour convaincre que leur client fabrique du yaourt meilleur que le yaourt et de la lessive chimiquement plus efficace (mais sans toucher à l'environnement, c'est promis). D'aileurs, ils vont un jour ou l'autre nous inventer la lessive qui fait aussi du bien aux intestins, ça ne devrait plus tarder.

Monsieur de La Brosse est l'ami de Nicolas Sarkozy.
Cette phrase ressemble à un mauvais jeu de mot de blogueur fatigué du dimanche soir : «de La Brosse» et «ami de Sarkozy», mais ce n'est que pure vérité, ce publicitaire est un très proche du Petit Père des riches.

Son boulot c'est de faire du publicitaire.
Par exemple, quand Donnedieu de Vabres (la concentration de particules dans ce milieu) entre deux ou trois platitudes d'une interview banale se met à friser de l'œil avant de prononcer cette phrase :
_Il faut s'engager dans la clarté.
C'est du publicitaire pur jus, de la phrase préparée et pesée mot par mot.

Ce ministre, à dix heures ce matin, devait être réuni avec ses coachs pour préparer son passage sur Canal+. Chacun s'évertuant à lui poser, tour à tour, les questions les plus tordues afin qu'il ait, en tout point, l'air à l'aise au centre de l'attention des caméras.

A la fin de l'exercice, le publicitaire lui a glissé une fiche cartonnée avec quelques phrases axées sur les préoccupations actuelles du peuple d'après les dernières études. Il lui a aussi glissé ces mots :
_Tiens, si tu arrives à m'en caser une ou deux, t'es un as. Nicolas saura s'en souvenir [Donnedieu sait pourtant bien que pour la Culture, c'est grillé maintenant].

Mais bien sûr, les cordonniers sont les plus mal chaussés.
En matière de communication, avec peut-être l'idée de critiquer Ségolène, Sieur de La Brosse a dérapé :

Dans la même émission de Miss Ferrari (qui n'est finalement pas si mauvaise), dans un reportage au siège électoral du candidat UMP.
A ce propos, exemple de traitement médiatique, les journalistes soulignent sans cesse que Ségolène établit son siège électoral en dehors du Parti Socialiste. Mais pour Nicolas Sarkozy, qui met en place la même chose, aucune remarque.
La caméra se promène. On voit le grand escalier et la photo du chef. Le culte du chef, c'est clair, nous sommes à droite.
Plus tard, dans les étages, arrivés au cœur du système avec le lieu de travail de l'équipe rapprochées. Non pas le bureau des petits bénévoles si généreux de leur temps, mais celui des costumes-cravattes officiels. et de Cecilia.
[Nota bene : à cet instant, je n'écoutais pas vraiment. Je suppose qu'il parlait de Cecilia, mais je n'en ai pas la certitude].

Des bureaux, des escaliers, des sols qu brillent

LA dame est justement absente.
Le journaliste pose une question sur le motif de l'absence de
LA dame.
Le Sieur de La Brosse lance son explication :
_Oh mais elle a un enfant, un mari, ça c'est un vrai travail !

Tu m'étonnes qu'avec de telles idées, l'UMP trouve Ségolène incompétente.

Un fait médiatique : lundi soir,
après la mort de l'Abbé Pierre,
à l'heure où la machine médiatique
des hommages du vingt heures
se mettait en branle
dans la révérence officielle
de la voix officielle
de la France officielle,
les Guignols de l'Info
faisaient un score
d'audience historique.
Un signe ?

Commenter cet article

filaplomb 30/01/2007 19:16

Eric : je suis un fan énervé de Séguéla. En clair, il m'énerve, il me saoule, mais il a un talent de la synthèse incroyable.Bon sauf Jospin en 2002… :-)))Dans «votez pour vous», ça dit bien la participation et le contenu doit être développé dans la campagne. Enfin, normalement ! (un peu comme la force tranquille ne contient qu'une partie de l'image mitterrandienne, l'autre partie est développé sur les médias, en meeting, …J'aime bien le slogan de Bayrou. Je n'y ai pas réfléchi. Ça a un côté un peu ancien, un peu rural. La France de toutes nos forces, il y a du 1945 et de la reconstruction là-dedans…Enfin, je crois…:-)

Eric 30/01/2007 19:09

A y réfléchir, je trouve le slogan de Séguéla meilleur..."Votez pour vous"...Séguéla a cette capacité à faire court et pas creux. C'est déjà ça.Mais ce slogan met le doigt sur la méthode (particpative), pas sur le contenu. "Le progrès pour tous, le respect pour chacun" c'est plus concret.Mais le slogan de Bayrou "La France de toutes nos forces" est bien. Et en même temps c'est un calembour, un jeu de mot. Donc, à utiliser avec prudence.

filaplomb 29/01/2007 23:46

Votez pour vous : ca va bien plus loin que le simple poujadisme, mais ça en est en partie, oui !Enfin, pour moi, l'essentiel, c'est le programme et la méthode !:-)

Eric 29/01/2007 23:37

"Votez pour vous" c'est très mauvais. C'est ce que les adversaires de Royal pourraient dire. Non ça va pas.Votez pour vous c'est poujado.

filaplomb 29/01/2007 22:44

Franssoit : oui, mais là, tu as déçu Saint Thomas D'Aquin. Gross malheur va te tomber dessus ! :-)La malédiction du Daquin, ça me fait rire, désolé…Pour la politique, sans taper un côté ou l'autre, tu peux aussi dire ce qui serait bien ! Quelles orientations, tout ce genre de trucs quoi ! Même avec des tranches dedans !:-)AWZ : ah, mais !