Forme courte (c'est le sujet !)

Publié le par Filaplomb

Tu es derrière la fenêtre à te liquéfier de chagrin.
De l'amertume te lascère les joues sous formes de ruissellements lumineux.

Je suis dans ma voiture de l'autre côté de ta rue, assis derrière le volant,
à détailler les effets du chagrin sur ta beauté.
Froid du plastique sous la paume.

Je ne veux te montrer rien.
Cette douleur est la mienne.

Mes pieds, le sol, la chute à l'intérieur.
Parois fuyantes du basculement. Des pans entiers de certitude glissent dans l'air au ralenti. Parallèles du désastre.
Une sorte de tunnel intérieur mais vertical.

Je ne veux te montrer rien.

Une frénésie cardiaque entame son carnage, me grignote le thorax, me grimpe le long du cou. Ma peau s'enflamme.
Douleur du feu sanguin sous la joue.

Une sorte d'animal me vibre soudain au menton, me déforme le visage. Je sens que mon visage se déforme. Que je ne dirige pas, qui n'est pas moi, pas de moi et qui pourtant, se joue de mon visage.

Ma main, la clé, froid du métal. Toussottements du moteur dans le calme de ta rue comme surprise par l'apparition de la vie. La journée commence un plus peu tôt que sa routine. Pavillons endormis, voitures posées sur les allées comme des montures prêtes à bondir vers d'éventuelles aventures.

Je trie dans mon cerveau, parmi les ordres disponibles, lequel donner à mes membres. Il se passe que mon langage et ma pensée diffèrent, que l'un est l'autre tente d'ouvrir tous les fichiers disponibles dans leurs bases de données. Aucune application par défaut n'est plus spécifiée.

Je pense à me soulever la poitrine.
Je pense à relacher le gaz carbonique.
Je pense au contact des textiles sur plusieurs parties de mon épiderme.
Je pense à ma main, à ta peau, à nos bouches.
Je pense aux articles possessifs qu'on pourrait inverser.

Lumière dansante des bougies sur ton téton luisant de salive.
Souffle des lianes incantatoires, les doigts de végétaux, l'odeur doucâtre de la pluie d'été, ton cou cassé sous le ressac, gorge couverte de mon souffle.

Pied droit, pied gauche, mon véhicule m'emmène.

La lumière, ce matin, parmi la multitude bouclée de tes cheveux posée sur le drap, ton visage de princesse endormie. Le café avait infiltré son odeur à l'extrémité de ton index sur ma lèvre.

Le coin pointu de ton sourire.

Au delà de la ville, se dilue la campagne. La terre y a le noir sombre et l'humidité collante de la matière vivante.
Un peu de brume encore dans le premier soleil.
La trainée blanche de mon véhicule s'étire après moi, petite remorque de nos souvenirs.
                                                          

Dans les formes courtes de la littérature, nul besoin de délayer le contenu, de s'égarer dans la décoration. A la limite, peu importe l'architecture des personnages.
Qui est-il ? Qui est-elle ? Quelle est leur histoire ? J'espère qu'à le lire, vous vous l'êtes demandé.
Ou bien vous êtes vous mis à la place de l'un ou de l'autre.
C'est au lecteur de reconstituer le tout, de fabriquer lui-même le puzzle qui l'amuse, d'imaginer de qui lui manque et n'est pas dit.
Il reste à l'auteur l'essentiel : le langage, le véhicule des mots pour transporter le plus précisèment possible ce qu'il veut exprimer.
Bien entendu, les formes courtes de la littérature sont d'une subjectivité assumée mais consciente de la liberté laissée au lecteur…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kristelle 13/02/2007 23:31

Il y a des tournures de phrases qui me plaisent bien à bientôt !

Cat 13/02/2007 20:14

Ou sont les mecs?Je fais "mon" Nicolas..je bois un coup à vous tous, champagne rose Moet et Chandon (une amie qui passe par là,),et après ça, ça vote à gauche!:-))AGN:Argrhh Gnnh Niarrk!

filaplomb 13/02/2007 18:45

Eve : tu as changé de pseudo ? :-)ABA : Avec les Bras Armés

eve 13/02/2007 18:44

j'aime :"des pans entiers de certitudes glissent dans l'air au ralenti"             "des montures prêtes à bondir vers d'éventuelles aventures"                  "la traînée  blanche de mon véhicule s'étire après moi, ..."que du rêve ... et du plaisirmerci Monsieur Filaplomb

La girafe 13/02/2007 18:42

Ah,je prefere :-))))