Les origines (tu viens d'où ?)

Publié le par Filaplomb

Dans notre grande série «TUNING ET RÉTROVISEUR» :


Les ouvriers :


La population ouvrière ne comprenait encore en 1850 qu'un petit nombre d'ouvriers d'usines. Les artisans prédominaient, travaillant soit dans des ateliers, soit, plus encore, chez eux. Le développement de la classe ouvrière proprement dite s'est fait, après 1850, parallèlement au progrès du machinisme et de la concentration industrielle. Déjà très avancé vers 1870, il était à peu près achevé trente ans après, en Europe Occidentale tout au moins.

[…]


Les données nouvelles du problème :


Cette transformation des données du problème ouvrier est résultée de plusieurs faits dont il a déjà été question. Tout d'abord, la transformation de la structure du capitalisme e de la mentalité de ses dirigeants. L'événement le plus incisif à cet égard a été, entre 1875 et 1895, le progrès considérable de la concentration financière des entreprises, la formation d'entreprises géantes, la conclusion d'ententes entre ces entreprises. D'une façon générale, le patronat devenu impersonnel, a tendu à durcir son attitude au fur et à mesure qu'il s'est senti plus puissant.
Un autre fait, non moins important, a été l'évolution de la nature du monde ouvrier et la nouvelle mentalité ouvrière qui en a découlé. Les ouvriers, devenus plus conscients de leur solidarité et davantage animés par un esprit de classe, ont précisé leurs revendications et mis plus d'ardeur - ou plus d'habileté - à défendre celle-ci. Enfin, la position des dirigeants politiques des pays n'a plus pu rester, devant ce problème, ce qu'elle avait été naguère. Les gouvernements n'ont plus pu se contenter, comme auparavant, de prendre des mesures - pacifiques ou violentes - pour assurer le maintien de l'ordre public. Ils ont dû intervenir plus activement et essayer d'apporter des solutions au problème tel qu'il se posait.

Leur comportement a varié selon les pays et selon les moments.
Dans certains cas, l'influence de la haute bourgeoisie a réussi à empêcher des réformes sociales trop hardies ou trop générales. Dans d'autres occasions, les gouvernants ont dû, bon gré, mal gré, accorder aux ouvriers des satisfactions plus substantielles. Il en a été ainsi, notamment dans les pays ayant un régime démocratique. Les ouvriers, en effet, y représentaient, grâce à leur nombre, un élément de force politique qu'il était impossible de négliger.

Extrait de «La Naissance du monde moderne - 1848-1914»
Malet et Isaac - Hachette, 1961

Commenter cet article

filaplomb 25/02/2007 22:41

Fildanstachambre : oui, j'ai vu Fog et Fontenelle qui s'en moque.Ils sont mesquin avec notre Penseur National !:-)EEN : Education Européenne et Nationale.

Fildanstachambre 25/02/2007 22:18

Bonne nuit!Tu as vu le blog de fog? C'est poilant!

filaplomb 25/02/2007 18:33

Oui, jeu de mots du dimanche !Les fils (comme la laine)ouLes fils (issu du couple parental puisqu'on parlait de famille !).C'était pas clair ? :-)

Filamant 25/02/2007 18:15

La fête aux fils ?

Filàlapatte 25/02/2007 15:09

Rien, c'est juste pour la signature!RSG:Radical Socialiste  de Gauche??