La campagne [ah le bon air !]

Publié le par Filaplomb

snoop-dog.JPG
Perruque pour chien de Jakks Pacific, Inc. [source]




Vous vous souvenez comment Jospin tournait autour du pot avant les primaires ?


Genre je dis que je veux bien y aller mais j'attend qu'on me pousse.

Du courage et de la volonté à tous les étages.

Je ne dis pas que Ségolène fut parfaite de bout en bout mais il faut bien reconnaître que la planche fut plusieurs fois savonnée de neuf [pour rigoler on aurait dû envoyer celui-ci à la bataille].

Tiens, rappelez-vous la moindre de ses petites phrases montées en chignon pendant que l'autre, aussi benoîtement qu'un Balladur en goguette, nous balançait ses filets sur les idées de Jean-Marie et au delà.

Une légère distorsion, des problèmes d'amplification, du bagout en son et lumière, il faudrait voir à ne pas oublier qu'il y avait en face la grosse artillerie de la droite la plus dure.

Celle qui dit aux ouvriers combien il est bon d'être le corvéable libre d'un patron libre.
Celle qui prend les privilèges de la naissance pour un acquis des bienfaits de D.ieu lui-même.
Celle qui te regarde avec ses yeux tricolores pour te dire que c'est mieux de laisser à ses riches amis, l'argent qui manque à la nation. C'est bon pour le pays que ces gens-là profitent de leur pécule.

Et puis, j'ai vu la foule des meetings. La Ségolène en vrai, quand elle cesse de se coincer. Celle qui semble parler au peuple comme elle respire. Et ce peuple des centaines et de la multitude la sentir, la renifler, s'interroger, l'attendre et finalement l'acclamer et la porter. Tous les paumes échauffées, rentrant chez eux pleins d'espoir.

Et même à Toulouse, le Lionel n'est pas venu montrer sa triste figure. On aurait pourtant fait l'effort de l'applaudir, ne serait-ce que par compassion.

Car enfin, vous vous en souvenez, vous, que l'on craignait une deuxième jospinade, un nouveau gadin du PS dès le premier tour. On s'apeurait de la possible élimination avant la grande finale comme en 2002.

Il a quand même du culot, lui qui abandonnât ses troupes en pleine tempête et au milieu du gué de venir nous dire à propos de sa camarade, qu'elle n'aurait pas la carrure nécessaire pour la carrière.

Justement les deux points les plus foireux de son parcours, dites donc : la carrure et la carrière…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Filaplomb 23/09/2007 13:26

Marc : dommage, tu ne signes pas d'un lien ! :-)Je trouve que Jospin a un sacré toupet de venir donner des leçon en matière de candidature à la présidentielle.D'autant que même en 2002, sauf oubli dans ma mémoire, très peu furent ceux qui mettaient en cause le candidat lui-même…:-)YSL : pas de publicité su ce blog, merci ! :-)

Marc 23/09/2007 09:24

Putain de merde!!! Dire que depuis le torpillage par Libé du plan Médias de Jospin j'en suis encore a éprouver une colère monstre contre ce torchon de Yoyo.Qui aurait choisi de me faire aimer définitivement "la dame du Poitou" ne s'y serait pris autrement...Ah, tous ces donneurs des leçons du haut leur suffisance. Même la raclée de 2002 en vient à être cosidérée mieux que les résultats de 2007. On marche sur la tête !

Eric 18/09/2007 22:08

@Nicolas,Dans la législature Jospin, il faut différencier la première étape (jusqu'en 2000) qui était excellente et la deuxième, moins bonne, avec l'année noire, la dernière.Finalement, ce qui est important dans son bilan, c'est la fin. C'est en tout cas ce que les électeurs ont retenu.Mais, c'est vrai, si on compare Jospin à Villepin ou Raffarin, il a été un meilleur premier ministre. En revanche, en tant que candidat à la présidentielle, il ne tenait pas la route. Il n'avait pas la carrure.

Filaplomb 18/09/2007 22:07

Omelette : bin, je les vois les commentaires, moi !Mais ca m'arrive aussi qu'ils disparaissent. Ca revient tout seul à force de recharger la page ! :-)

omelette16oeufs 18/09/2007 21:50

Bizarre, les commentaires ont disparu.