L'investissement [les longs courriers !]

Publié le par Filaplomb

10-10-2007.Pixelle.JPG
Pixelle, petite chatte endormie
[10 octobre 2007]



C'est vraiment un con ce Lagardère.

Son père a du attendre que Jacques Chirac ouvre le capital d'Airbus durant de longues années et voilà que lui décide de ne faire que dans les médias et l'entertaitment.

Les trucs qui brille avec des paillettes.

Alors, les placements à long terme sur une entreprise d'aéronautique, c'est sûr, ça fait pas remuer la hanche ni mouiller la culotte des ménagères de moins de cinquante ans [Peut-être à la limite, le gros et long fuselage de l'A380…].

Et puis, les actions qui baissent suite à des erreurs accumulées par la direction générale, les dix mille licenciements à regarder un par un dans les yeux, ce n'est pas bon pour l'image de marque.

C'est sûr que, proportionnellement, ce n'est pas une grosse perte pour la Caisse des Dépôts. Mais le problème c'est qu'Arnaud est un ami personnel de Nicolas et qu'on pourrait facilement penser à un détournement des moyens de l'État à des fins personnelles.

[Surtout quand on se souvient comment M. Sarkozy avait auparavant et d'après le Canard Enchaîné profité de ses pouvoirs de maire pour s'offrir un appartement moins cher].

Si on creuse un peu, on peut découvrir aussi que cette baisse de cent vingt millions d'euros dans la valeur des actions EADS, affecte d'autant l'argent disponible pour des mesures d'ordre social. Le logement à loyer modéré, par exemple.

Au lieu de soutenir une des entreprises dont l'Europe est la plus fière, Arnaud Lagardère a préféré s'enfuir avec la caisse et financer ses activités médiatiques [le JDD par exemple…].

Il a choisi de fermer les yeux sur la mise en place du Plan Power-Hate [power 8] qui, à terme, supprimera plus de dix mille emploi. Il a privé l'État, donc chacun d'entre nous, de disposer d'environ centre vingt millions d'euros de budget social.

Alors qu'évidemment, quand on investit sur EADS, ça ne peut être qu'à long terme* !



Que Thierry Breton ait l'air aussi peu au courant
je ne trouve même pas ça étonnant.
Il était déjà comme ça quand il était ministre !




*Si je suis logique en économie, le marché des avions compte deux gros acteurs. Il y a donc un intérêt évident pour les clients à ce qu'aucun des deux opérateurs ne devienne trop puissant et prenne le contrôle des prix. Mon conseil du jour : achetez de l'EADS, ça remontera forcèment ! [moins non, parce que je suis trop de gauche !]
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Filaplomb 15/10/2007 21:17

Lhuna : mais puisqu'on te dit qu'ils ne savaient rien ! :-))

Lhuna 13/10/2007 21:27

Quand on sait un peu comment fonctionne un ministère, le Medef et les actionnaires, ils ne vont pas nous faire avaler que personne ne savait rien et que personne n'a donné le feu vert!ils nous prennent pour des abrutis! je rêve d'une association qui agirait un peu à la manière de la mouche du coche jusqu'à ce qu'ils aienbt rendu "tout" jusqu'au dernier centime! les pourris!

Filaplomb 12/10/2007 12:50

Dorham : rien à ajouter, tu as tout bien dit !Sarkozy nous fait de la jolie fumée mais quant aux actes…:-)Fanette : très bien ton concours ! J'approuve et je participe même ! :-))

Fanette 11/10/2007 19:46

Pffou, c'est tellement plus facile de taper sur le chomeur lambda en le controlant que sur Lagardère et Cie ;-)Je fais un concours des annonces d'emplois les plus folles et précaires tu participes ?http://fanette316.typepad.fr/absolute/2007/10/concours-qui-ve.html

Dorham 11/10/2007 14:41

Y d'autres choses qui sont "dégueulasses" alors ?!!Le pire, c'est le silence assourdissant qui entoure ce genre de questions... On sait bien que Lagardère est un con mais personne n'explique jamais pourquoi ni à quel point.Tant qu'on n'aura pas décrypter - disséquer - le monde capitaliste tel qu'il est en réalité (avec les multiples connections que cela implique) on n'en sortira pas...On atteint là le comble du cynisme...En même temps, ce gouvernement a la tête à l'envers. Quand on entend Sarkozy s'employer en envolées lyriques sur la poursuite de la corruption, devant un parterre d'élus (dont Blakany opinant du chef), on ne peut s'empêcher de se demander sur quelle pla^nète on vit...